Aller au contenu

Les gros achats

femme course

Autant l’achat d’un canapé est une affaire simple, étroitement liée à votre subjectivité, à vos ressources du moment et pour lequel les Ikea et autres grandes surfaces proposent des solutions bon marché et pas moches ; autant, lorsqu’il s’agit d’un réfrigérateur, d’une chaîne hi-fi ou d’une voiture, vous êtes consciente de la gravité du moment. D’abord parce que l’objet est utilitaire et animé. Donc il vous jouera forcément un sale tour. Ensuite parce que les différences de prix ne se justifient pas toujours. Enfin parce que vous n’avez pas de temps à perdre en réflexions mécaniques.

Stupide de se croire suffisamment avisée pour faire le meilleur achat sans consultation préalable. Idiot de choisir un véhicule parce qu’il est propre et rouge. Débile de compter sur la chance et de croiser les doigts en priant pour que tout aille bien. Reste que les gros achats se font plus facilement à deux. Que si les objets se dérobent et résistent, il est toujours plus facile d’incriminer l’autre. Et que ces décisions sont lourdes à prendre quand on ne les partage pas.

Bilan. Il existe des revues de défense des consommateurs. Des magasins qui se plient à des essais comparatifs. Des sociétés qui se livrent à des expertises de véhicules d’occasion. Des initiés passionnés et prêts à vous guider.

Conseils. Utiliser les structures existantes pour se laisser berner le moins possible. Solliciter les conseils avisés, gratuits ou payants des amis ou spécialistes professionnels. Ne pas se considérer comme une décisionnaire avertie si on ne l’est pas.

Céder à la folie et au caprice si on est en mal de remède, sans se leurrer. La chance existe, mais pas à tous les coups. Associez donc le maximum de gens, de manière à pouvoir ensuite partager avec eux les tracas de vos gros achats. Responsabilisez les conseilleurs, sans pour autant leur demander ensuite de partager les charges financières résultant de leur égarement au moment du choix. Répartissez entre plusieurs interlocuteurs le poid de la culpabilité qu’aurait dû assumer le compagnon que vous auriez eu si vous n’aviez pas été femme seule.

Laissez-vous séduire par l’objet de vos convoitises, et considerez simplement qu’il en va des objets comme des gens : on peut se tromper. Est-ce si grave ?