Aller au contenu

La panne à la maison

bricoleur

Les plombs ont sauté, la chasse d’eau fuit, la baignoire refuse obstinément de se vider.

Pour les plombs, vous serez surprise la première fois, mais le changement est si facile que vous vous sentirez reine du bricolage par la suite. Pour la chasse d’eau qui glougloute sans répit et la baignoire bouchée, c’est une autre affaire. Vous commencez par le mépris. Dans un deuxième temps, vous surmontez votre horreur des travaux manuels et vous tentez de sortir le paquet de cheveux qui a dû se coincer. Manque de bol, il est descendu. Vous êtes en nage. Soude caustique ! Vous devez en avoir dans votre placard ménager. Il paraît que ça ronge la tuyauterie, mais en attendant ça débouche… Si ça ne débouche pas, votre cas est grave. Vous vous imaginez, enfilant un gant de caoutchouc ou appliquant une ventouse et pompant telle une Shadokette ? Non? Eh bien, ma petite, il va falloir vous y mettre. C’est beaucoup plus simple que la mécanique, et assez satisfaisant, tout compte fait. Comment s’y prendre quand on n’y connaît rien ?

SOS-copains

Ou de l’intérêt des bonnes relations avec les maris des copines, rompus à ce genre de dépannages. Passez par la copine, qui comprendra tout à fait votre désarroi et vous prêtera bien volontiers son Bibi adoré. Il n’osera pas se dérober, sauf si c’est un goujat, et elle sera très fière de vous avoir donné ce coup de main par personne interposée. Contente aussi d’échapper à ces petits tracas de femme seule.

Certains copains célibataires sont aussi volontiers bricoleurs. Généralement peu intéressés par les bibliothèques à construire et autres travaux de longue haleine (sauf s’ils sont éperdument amoureux de vous et prêts à le prouver), ils n’oseront pas décliner un SOS éploré. A noter toutefois que les chargés de famille font montre d’un plus grand sens pratique et des responsabilités à l’occasion. Les célibataires n’ont pas franchement découvert les délices du foyer et sont peu intéressés par ce genre de prestations quand ils n’ont pas une idée derrière la tête.

Ne vous sentez donc pas humiliée ni archi-désolée. Vous allez bien observer la manière dont il s’y prendra, afin de pouvoir opérer toute seule, comme une grande, la prochaine fois.

Si vous avez un trou à percer dans le mur, lancez le même SOS-copains. Essayez simplement de cumuler et de profiter de l’immense générosité du monsieur pour lui faire faire l’ensemble des petits travaux en une seule fois. Vous ne pourrez le déranger plus de deux fois dans l’année sans passer pour une empotée ni risquer de subir la risée : « C’est bien de vivre seule, mais il faudrait assumer. On sert quand même à quelque chose, finalement, hein ? » Sourire dehors, s’il vous plaît. Vous ne vous énervez pas, vous gloussez. Vous êtes d’accord sur le fond : vous accueilleriez bien volontiers un monsieur intelligent, amoureux, drôle, sympathique et bricoleur à temps partiel ou complet. Mais, pour l’instant, vous ne l’avez pas encore rencontré. N’oubliez pas que nous ne sommes plus en période de guerre entre les sexes. La paix a été signée. En compensation, vous l’inviterez à dîner un soir où vous n’aurez rien à lui demander, prévoyez pas contre quelques conseils pour ce premier rendez-vous. Et vous lui offrirez une monnaie d’échange : un bon pour recoudre dix boutons ou repasser un nombre.X de chemises s’il est célibataire. Un menu choisi à sa convenance, s’il est marié avec votre amie : le plat qu’ils adorent mais quelle déteste cuisiner. Vous trouverez bien un arrangement !

Le manuel de bricolage

Emplette utile et garantie d’un franc succès si vous le placez en évidence dans votre bibliothèque, sur votre bureau ou sur votre table basse. Les hommes galants s’ébaudiront, et s’enquéreront de vos besoins et difficultés : l’achat du manuel peut fort bien constituer une mesure de prévention. En spéculant sur le truc qui se cassera un jour ou l’autre, vous pouvez répondre que tout va bien pour l’instant et remercier le courtois de sa proposition. Vous venez d’acquérir un SOS-copain garanti pour l’avenir.

Cela étant, pourquoi ne pas potasser l’ouvrage ! L’acquisition d’une encyclopédie pratique est un investissement assez judicieux, qui pourra se rentabiliser à la première occasion. A une condition : se monter, progressivement, une boîte à outils. Un petit marteau par-ci, une paire de tenailles par-là. Quelques clous. Deux ou trois tournevis. Une pince- monseigneur. Faites donc périodiquement une petite virée au rayon bricolage des grandes surfaces, de manière à ne pas être prise de court le jour venu. D’autant que le manuel de bricolage ou l’encyclopédie pourront vous aider à refaire votre maison le jour où vous aurez envie de changer radicalement de décor…

 

Comment entretenir de bonnes relations avec le gardien

Si vous vivez seule, vous avez sûrement choisi d’habiter un grand ensemble, ou en tout cas un immeuble. Dans les résidences et les immeubles, il existe un homme précieux : le gardien. Mari de madame la gardienne ou gardien en titre, ce monsieur vous dépannera volontiers si vous le lui demandez gentiment et si vous savez le remercier. Un brin de causette de temps en temps, une petite attention dans une enveloppe, quelques confidences à peine ébauchées vous auront le concours précieux d’un homme habile et ravi de vous donner un coup de main. N’oubliez jamais que ce monsieur est marié et que c’est aussi par le biais de la complicité et de la solidarité féminines que vous le soustrairez pendant une heure ou deux à ses occupations. Donc, offrez de temps en temps un bouquet de fleurettes à madame son épouse, un petit cadeau à leurs bambins. Mais évitez le cadeau trop personnalisé au monsieur. Mettez sous enveloppe. Dans la catégorie bonnes relations avec le gardien, vous pouvez déposer chez lui discrètement, une ou deux fois par an, une bouteille de liqueur, à laquelle vous joindrez un petit mot : « Cela me ferait plaisir que vous la buviez à ma santé. » L’écrit vaut mieux que la parole si vous préférez ne pas être conviée à venir trinquer…

De toute façon, votre gardien sait pertinemment que vous êtes une femme seule. Il reçoit votre courrier, vous voit passer soir et matin. Il doit devenir une sorte d’éminence grise de l’électroménager cafouilleur. Ne frappez pas à sa porte après 20 heures, sauf réelle urgence, et ne vous adressez pas à lui sur un ton impératif, comme s’il vous devait tous les services. Demandez-lui plutôt de vous expliquer comment vous pourriez revisser le robinet d’eau chaude de votre lavabo ou enrayer la fuite qui vous empêche de dormir. Prenez-le par les sentiments, comme un papa. Logiquement, il devrait sourire avec bonhomie et vous assurer que « vous n’avez pas à vous inquiéter, ma petite dame, je vais vous aider ».

Mais les hommes ne sont pas forcément plus logiques que les dames. Il peut donc refuser : être occupé par ailleurs, ou ne pas être bricoleur.

Avant de faire appel au dépanneur, vous pouvez encore lancer une ultime tentative : le voisin.

 

Comment entretenir de bonnes relations avec son voisin

Un voisin, vous en avez forcément un. Tout le monde a un voisin, même les femmes seules. C’est un monsieur que vous croisez fréquemment et qui serait presque une sorte de mari sans les inconvénients : il habite le même immeuble que vous ou la maison à côté, vous pouvez échanger des politesses et des sourires. Il a un visage familier et, si vous sonnez à sa porte un soir parce que vos volets sont tombés, il ne vous la claquera sans doute pas au nez. Rougissante et confuse, vous exposez votre problème. Et vous lui demandez s’il peut vous aider. Il peut, et il veut bien. Il voudrait bien, mais il ne peut pas. Il ne peut pas, et il ne veut pas. Simple. Il n’a pas à faire d’efforts particuliers, vous non plus. S’il peut, veut et sait, vous êtes sauvée. S’il peut, veut mais ne sait pas, vous regardez votre montre et regrettez d’être obligée de partir (et donc de le mettre à la porte), et vous ne le saluez plus dans l’escalier. S’il ne peut pas et ne veut pas, vous remerciez bien poliment et vous rentrez chez vous. Vous attendez que la porte soit refermée pour l’insulter. Inutile de vous faire un ennemi.

S’il a pu, a voulu, a su, vous allez le remercier. En l’invitant à dîner avec sa femme. Ou, si vous n’avez pas plus envie que ça de copiner, en leur offrant un bouquet de fleurettes ou une bouteille. Ou un cadeau pour le petit. C’est le geste qui compte.

Évidemment, si lui ou sa femme sonnent à 11 heures du soir à votre porte pour vous demander du sel ou un citron, vous évitez de hurler derrière la porte que vous ne pouvez pas ouvrir. Si vous êtes en bigoudis et vieille robe de chambre, vous passez le sel et le citron en vous excusant de ne pas vous montrer. Mais ménagez-les… Les voisins, c’est important.